Meudon Oxygène

Groupe des élus minoritaires de gauche au conseil municipal

                Innover pour une ville

                                       citoyenne, solidaire et durable

.

Retrouvez ici toutes les chroniques du Groupe Meudon oxygène  LIRE

 

 

 

Contact 

contact@meudon-oxygene.fr

 

Rendez-vous 

Jeudi 4 juillet 19h00

Conseil municipal

Salle du conseil municipal
Hôtel de Ville

Les séances du conseil municipal

sont publiques.

Jeudi 30 mai 19h00

Conseil municipal

 

Lundi 4 avril 19h00

Conseil municipal

 

GPSO

Programme local de l'habitat 2013-2018  Lire l'intervention de Bernard Jasserand au Conseil GPSO du 20 décembre 2012  LIRE

 

Tribune Chloroville Juin 2013

Des vacances pour tous les enfants de Meudon !

Avec l’été, les enfants et leur famille espèrent le temps du repos ou des retrouvailles, celui du plaisir de se ressourcer, celui des premiers pas au soleil, des jeux ou des premières amours à l’ombre des pins. Les vacances « c’est du bonheur qui fait grandir ». Malheureusement, ce bonheur n’est pas ouvert à tous. Loin s’en faut. Cet été, de nombreuses familles meudonnaises ne pourront offrir à leurs enfants de vraies vacances et la crise va accentuer cette difficulté.  C’est donc le devoir de notre commune de contribuer à la réduction de cette fracture estivale.

C’est pourquoi lors du dernier conseil municipal, notre groupe Meudon Oxygène par la voix de Bernard Jasserand, nous avons proposé d’affecter une partie du solde positif – soit une part du montant disponible de 7,320 millions d’euros - résultant du compte administratif (il s’agit du document de synthèse d’exécution du budget) pour améliorer la réponse de la ville aux besoins des familles.

Actuellement, pour les enfants de 6 à 17 ans, en plus des places en Centre de loisirs, il y a 105 places en colonies, 54 en stages sportifs et 73 en mini-séjours ; soit 232 places disponibles pour les enfants meudonnais pour l’été 2013. C’est insuffisant, interdisant aux enfants de s’inscrire d’une année sur l’autre. Nous avons demandé 2 choses : d’une part, que chaque enfant meudonnais puisse se voir proposer une offre d’activité ou de vacances pendant l’été ; d’autre part, en vue de la rentrée, que les familles soient davantage aidées pour les frais scolaires et ceux liés à l’inscription aux activités périscolaire, culturelles et sportives toujours onéreuses. Mais le maire et sa majorité ont refusé cette proposition ! La solidarité est un des premiers rôles d’une commune et les marges de manœuvre doivent aussi être utilisées pour répondre aux besoins essentiels des habitants de notre ville.

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

Tribune Chloroville Juin 2013

Aménagement de Val Fleury, un enjeu de qualité de ville

Le futur aménagement de Val Fleury est attendu depuis longtemps. Arlésienne ou serpent de mer, il fut souvent repoussé. Il semble bientôt engagé. Comme le Groupe Meudon Oxygène l’avait demandé en conseil municipal, une concertation avec la population a eu lieu. Espérons que les résultats seront entendus par la majorité municipale et celle de GPSO.

Pour notre part, nous restons attentifs à ce que certaines de nos demandes exprimées au cours de la mandature au nom des Meudonnaises et Meudonnais qui nous ont saisis soient respectées. D’abord, les constructions envisagées doivent comprendre une part significative de logements sociaux. En particulier, nous avons pointé la nécessité que les immeubles prévus soient accessibles à des jeunes, étudiants ou couples. Quand on connaît le prix du mètre carré sur notre ville, cette priorité est une évidence. Ensuite, il importe que la contrainte de stationnement soit pleinement prise en compte dans une zone déjà sous pression à cet égard. Une station de vélos électriques pourrait être envisagée à proximité de la gare de RER. Enfin, et c’est essentiel, la future esplanade doit être un lieu d’animation et non une simple dalle laissée aux vents et au vide. Des activités culturelles, un marché nocturne, des concerts de jazz, de musique classique ou de pop-rock notamment via l’expression de nos artistes locaux, du théâtre de rue,… devront y être organisées. Aménager un lieu, ce n’est pas seulement une question de mètres carrés ou d’architecture mais surtout une ambition pour créer du lien social.

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

Tribune Chloroville Mai 2013

Le Mariage pour tous au nom de l’égalité

Le Parlement a voté la loi sur le mariage pour tous. C’est un texte important inscrit dans la tradition républicaine car par essence, le mariage civil porte l’empreinte de l’égalité. Tout au long de son histoire, il a été enrichi par de véritables conquêtes qui auront comptés pour que notre pays soit plus juste et ouvert. En créant un nouveau droit, et sans en supprimer aucun – contrairement à ce que certains ont prétendu- la loi reconnait et protège des réalités humaines fondées sur l’amour et le consentement libre échangé entre deux personnes. Cette loi n’est pas la victoire d’un camp contre un autre, d’une majorité contre une minorité, de bien-pensants contre mal-pensants. Elle ne doit surtout pas l’être et l’on voit bien qu’elle rencontre des soutiens dans toute la société, dans toutes les organisations. D’ailleurs la France rejoint ici une dynamique pour l’égalité des droits puisque des lois semblables ont été adoptées dans de nombreux pays et encore en Grande Bretagne récemment.

Bien sûr, des oppositions à ce texte se sont exprimées en conscience et elles doivent être profondément respectées pour cela. Leur démonstration publique conformément au grand principe de liberté de manifestation, fondamental dans une démocratie, était plus que légitime. En revanche, il faut redire avec force que certains débordements par des propos et des actes parfois haineux et attentatoires à la dignité humaine ne sauraient être admis.

Heureusement au-delà des passions, sans doute plus tôt qu’on ne l’imagine, cette avancée de notre droit paraitra bientôt comme une nouvelle étape dans l’engagement indispensable de nos sociétés pour l’harmonie.

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Tribune Chloroville Avril 2013

Menace sur le patrimoine industriel et historique Meudonnais

La direction de l’ONERA a récemment informé son personnel d’un possible transfert des activités de Meudon vers Palaiseau. Un projet de « 3 sites en 1 » regrouperait  Meudon et  Chatillon  sur le site de Palaiseau. Cette menace de délocalisation inquiète les 200 salariés de Meudon et leurs organisations syndicales qui alertent sur les dangers d’un tel déménagement. Au-delà des contraintes subies par le personnel, ce sont les activités de recherche aérodynamique développées à Meudon qui en pâtiraient, tout comme le tissu historique et économique de notre ville.

Le pôle scientifique aérospatial de Meudon consacre l'ensemble de ses activités à l'aérodynamique, la mécanique des fluides et l'énergétique. Abritant un département d'aérodynamique fondamentale et expérimentale, il dispose d'un ensemble de souffleries couvrant un vaste domaine de vitesse allant du bas-subsonique à l'hypersonique. L’interruption de ses activités serait pénalisante pour ses clients : Airbus, CNES, EADS, Dassault, SNECMA implantés pour la plupart dans les Hauts de Seine et plusieurs domaines de recherche liés à de grosses installations non transportables, risquent d’être purement et simplement abandonné.

Avec ses 12 hectares, le site de Meudon a pourtant un potentiel de développement qui permettrait d’accueillir les activités transférées de Chatillon et d’ouvrir une partie du domaine au public pour accéder à la grande soufflerie et à la maison du colonel Renard, classées monument historique.

Une opération de spéculation immobilière va-t-elle amputer ce  haut lieu de l'histoire de l'aérostation et causer de graves dommages à la recherche aéronautique si importante pour la compétitivité de notre pays ? La programmation inscrite dans le PLH de 150 logements à construire sur les terrains de l’Onéra, doit-elle être comprise comme l’accord donné par la ville à cette opération ?

Il y a urgence à répondre au nom de l’intérêt général. Meudon dispose, au travers de son Plan Local d’Urbanisme, des moyens pour s’opposer au départ de ce centre de recherche.

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Tribune Chloroville mars 2013

Les rois du bonneteau !

GPSO vient d’adopter son budget. Et ce sont les ménages qui paieront ! Depuis la suppression de la taxe professionnelle, nous avons toujours insisté pour qu’aucune « fiscalité ménage » ne soit instaurée sur le territoire de notre communauté. Or avec cette décision, seuls les ménages supporteront l’effort fiscal à venir. Bien sûr, la majorité UMP/UDI de Meudon comme celle des autres villes de GPSO, va se glorifier de ne pas avoir augmenté le taux des taxes locales. Pas de hausse des fiscalités communales en apparence ? Mais en apparence seulement, car sans un mot sur les 10,9 millions d’impôts pesant en réalité sur les ménages de GPSO du fait des décisions des maires !

 

Une hausse de 9% du taux communautaire de la TH, combiné avec la hausse des bases, entrainera donc une augmentation de 12% du produit de cet impôt sur les ménages. Or cette taxe est inégalitaire compte tenu de l’obsolescence des bases locative, et n’est pas progressive. De fait, elle frappe tous les ménages aveuglément ! A quoi s’ajoute la création d’une taxe foncière communautaire à 0,65%. Au total, sur les 11,5 millions de recettes fiscales supplémentaires de l’exercice 2013, 10,9 millions sortiront de la poche des ménages. 95% de l’effort fiscal supplémentaire demandé en 2013 par la communauté sera supporté par les ménages. Bien sûr des efforts sont à faire ; mais justement répartis entre tous les contributeurs. Pas comme ici. Cette fiscalité est une atteinte directe au pouvoir d’achat des ménages de GPSO.

 

Sur les investissements, compte tenu des enjeux constatés officiellement, nous demandons  que le budget 2013 consacre beaucoup plus de moyens à l'habitat. GPSO doit s'engager davantage dans la production et la réhabilitation de logements sociaux. Un appui financier beaucoup plus significatif doit permettre à notre Office Seine Ouest Habitat  de participer à cet effort indispensable.

 

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Tribune Chloroville janvier 2013

Que 2013 soit une année de justice sociale

À l’orée de cette nouvelle année, Meudon Oxygène et ses élus, Marc Mossé, Bernard Jasserand, Philippe Caramelle, vous présentent leurs meilleurs vœux pour vous-même et pour tous ceux qui vous sont chers.
L’année 2013, nous le mesurons tous chaque jour, continuera de connaître une crise qui produira encore ses effets néfastes pour nombre de nos concitoyens dont les plus fragiles. Aussi, nous souhaitons voir l’emploi, le pouvoir d’achat, le droit à la santé pour tous,… être au cœur des actions du gouvernement. Nous souhaitons que l’impératif de justice sociale et le renforcement de la compétitivité de notre économie soient servis d’un même mouvement. Nous souhaitons que le logement social demeure une priorité.
À Meudon, et dans GPSO, où le taux de chômage augmente aussi, l’enjeu du logement social exige une réponse efficace et de haute qualité architecturale et environnementale. La majorité municipale se repose sur les 26,40% de logement social existant pour faire une pause dans sa production (13% de logements sociaux prévus sur la pointe de Trivaux à Meudon-la-Forêt). Nous rappelons que les 25% SRU sont un seuil minimum à respecter et qu’il est recommandé, vu l’ampleur de la crise, de ne pas stopper les efforts. Certaines familles attendent depuis près de 15 ans une réponse à leur demande!

 Quant à GPSO, dont le territoire est encore en dessous du seuil des 20%, nous considérons que la production annuelle de logements sociaux, neufs, conventionnés ou en accession sociale, ne peut descendre sous la barre des 900. Or, la majorité de droite affiche un objectif en quasi-stagnation de 650 logements sociaux par an; ce qui ne permettra pas de répondre aux 11854 demandeurs actuellement recensés. Face à la crise, nous souhaitons que le devoir de solidarité demeure une ligne de conduite pour l’action publique.

 

MEUDON OXYGÈNE

et ses élus Marc MOSSÉ,

Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Tribune Chloroville décembre 2012

Khô Lanta sur l’Ile Séguin ?

Nouvel épisode de la cacophonie autour de l’aménagement de l’Île Séguin. Sans se perdre dans les méandres fratricides de la vie politique boulonnaise, il apparaît – et c’est bien la seule chose claire dans cette histoire – que les citoyens risquent encore le coup du mépris.

Le futur de cet espace singulier au coeur de l’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO) reste incertain. Pourtant, il s’agit d’un lieu historique relié à Meudon et dont l’urbanisation aura des conséquences réelles pour de nombreux meudonnais qui ne veulent pas être confrontés à la vue d’un quartier d’affaires laissé au plaisir des promoteurs, qui n’ont pas envie d’imiter J. Dutronc en chantant « de grâce, de grâce, monsieur le promoteur, De grâce, de grâce, préservez cette grâce, de grâce monsieur le promoteur ne coupez pas mes fleurs ». Car cette Île en miroir de Meudon, part importante de l’histoire de notre pays, constitue une formidable opportunité d’imaginer ce que peut être l’urbanisme de demain: durable, ouvert, mixte.

Ainsi que nous l’écrivions dès juillet 2011, nous pensons qu’il y aurait une avancée immense pour GPSO à consulter les habitants de nos villes sur leur vision de l’avenir d’un lieu symbolique de notre intercommunalité. Non seulement, les riverains de Meudon sont directement concernés, mais au-delà, il pourrait s’agir d’un acte audacieux. Le 21 novembre 2012, le conseil d’agglomération aura examiné le Contrat de Développement Territorial.

Nous ferions un grand pas démocratique et renforcerions l’identité et la légitimité de notre intercommunalité si nous y ajoutions la consultation de ses habitants sur le devenir de l’Île Séguin pour inventer ensemble un projet de vie dans le Grand Paris.

MEUDON OXYGÈNE et ses élus

Marc MOSSÉ, Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Tribune Chloroville novembre 2012

Faciliter l'accès à la gare SNCF de Meudon (réseau de Montparnasse)

L’une des richesses de notre ville tient notamment à sa diversité et à ses quartiers aux identités affirmées. La géographie vallonnée de

Meudon a façonné cette variété. Toutefois, pour les déplacements cette topographie peut s’avérer parfois délicate. C’est notamment le cas pour l’accès à la gare SNCF Montparnasse de Meudon Centre pour tous ceux qui vivent dans le quartier Marais-Rivoli, aux alentours du musée Rodin et des rues Paul-Bert et environs. Accéder au train pour se rendre au travail ou sortir sur

Paris est alors un voyage en soi. Le soir le parcours est mal éclairé et peu sécurisant. C’est pourquoi, à l’occasion de l’examen du Plan

de Déplacement Urbain d’Ile de France (PDUIF) en conseil municipal, notre groupe MEUDON OXYGENE a proposé la création d’une passerelle le long du viaduc pour relier sans déclivité et facilement cette gare depuis les quartiers de l’autre versant. Bien évidemment, ce projet, que nous avions déjà mis en avant pendant la campagne municipale de 2008, exige une large concertation avec plusieurs acteurs dont la SNCF et le Réseau Ferré de France. Mais nous sommes convaincus que les efforts conjoints de notre ville, de Grand Paris Seine Ouest et de la Région, permettraient d’aboutir à une solution techniquement et financièrement réaliste.

Ce PDUIF est centré sur le développement des transports en commun, des modes alternatifs de déplacement y compris pour faciliter les trajets des piétons. Cette proposition nous parait entrer parfaitement dans cette logique pour le plus grand intérêt des habitants de notre ville. Nous n’avons pas été suivis par la majorité. Nous le regrettons mais continuerons à y travailler.

MEUDON OXYGÈNE et ses élus

Marc MOSSÉ, Bernard JASSERAND,

Philippe CARAMELLE

 

Les élus du groupe
Meudon Oxygène

 

Marc Mossé

PS

 

Bernard

Jasserand

PCF

 

Philippe

Caramelle

PS

 

Le projet
Meudon Oxygène
de 2008